Bienvenue sur le portail de Daniel Boulogne dédié aux événements, l'art, le vin et les murs peints

Actualités

Tout   
22 Rive Gauche   (5)
Boulogne.fm   (9)
BIPVV   (5)
Bordeaux-Bering-B…   (9)
Prix Montesquieu   (3)
Bordeaux - La Hav…   (1)
Prix Prisme   (1)
Murs peints   (55)
Lascaux   (1)
Mur de Berlin   (5)
Cubes bleus pour …   (1)

Bordeaux-Bering-Bordeaux

prochaine étape: Clipperton
 Bordeaux-Bering-Bordeaux
 Bordeaux-Bering-Bordeaux
 Bordeaux-Bering-Bordeaux
toutes les infos!


 

EXPEDITION CORIOLIS
BORDEAUX – BERING – BORDEAUX

Premier tour du monde à la voile par les DEUX pôles


Daniel BOULOGNE, président-fondateur de L’EXPEDITION CORIOLIS, et son équipage, embarqués pour faire un constat sur le réchauffement climatique autour du monde, a réussi la première partie de l’aventure en franchissant le Détroit de BERING avec une coque plastique, le 21 septembre, jour de l’équinoxe d’automne 2012.
Après avoir franchi la ligne de départ  dans l’alignement des Phares de CORDOUAN et de ROYAN, le 21 juin dernier, jour du solstice d’été 2012, la première phase de ce pari osé est donc réussie.


Vous pourrez retrouver tous les détails de ces rencontres, films et photos, interviews et récits sur notre site www.expeditioncoriolis.org.

 
A bord, Daniel BOULOGNE, « patron » de l’expédition, Richard MERIGEAUX, skipper, Jean-Emmanuel VIEILLE, surnommé par tous, Juan, scribe, Pierre BOULOGNE, bosco, André RUSSEL, cameraman et Antoine GILSON, également scribe et chargé des relations presse.

CORIOLIS 14, est la goélette de l'EXPEDITION CORIOLIS, construite en 1992, d'une longueur de 78 pieds (24 mètres hors tout). Elle a assuré ses premiers 10.000 milles nautiques sans férir.
Bien réparée suite à l'accident avec la Belle-Poule, pendant la Fête du Fleuve en juin 2011, et parfaitement équipée, elle a su affronter des mers difficiles, avec des vents à plus de 45 nœuds, en navigant à près de 6 nœuds de moyenne.

De construction solide (42 tonnes à vide), ce navire est le premier, avec coque plastique, à traverser le Passage du Nord-Ouest (PNO) et à franchir le Détroit de BERING au milieu des icebergs et des glaces de la banquise dérivante.
Son gréement de deux mâts qui portent les 250m² de voiles et ses deux moteurs de 114 CV ont parfaitement assuré la traversée sans mettre en danger son équipage, ni compromettre l'expédition.
Le confort de ses cabines a permis le repos nécessaire des hommes pour leurs quarts, l'aménagement de la cuisine a offert la possibilité de préparer de bons repas bien réconfortants et le carré central a lié l'intimité de l'équipage à l'invitation de personnes et scientifiques rencontrés.
 
Les MOMENTS FORTS

•    Escales aux Iles Féroé et rencontre avec Monsieur Pal WEIHE, directeur du département de médecine et de santé publique aux îles Féroé, notamment sur l’interaction entre les hommes et la pollution, il nous a parlé du mercure et de ses incidences sur les fœtus : le mercure en très grande quantité en Arctique (pourtant émis à nos latitudes) provoque chez les jeunes enfants  des troubles mentaux et des retards dans leurs développements.  
Ecouter Pal Weihe


•    Ensuite, escale au SPITZBERG, au port de Longyearbyen, au SVALBARD, et découverte du premier glacier de l’expédition en présence de Monsieur Jérôme WEISS, géologue glaciologue au CNRS (laboratoire de Glaciologie et de Géophysique de l’Environnement à  Grenoble) qui est venu nous rendre visite à bord afin de nous expliquer dans les détails les effets du réchauffement climatique sur la banquise (eau de mer) et les glaciers (eau douce).
 

•    Puis escale rapide à l’Ile aux OURS et rencontre avec les 11 personnes travaillant sur cette base météorologique danoise.

•    En suivant, escale administrative à MOURMANSK, en Russie, où nous avons rencontré les représentants de Greenpeace venus faire une conférence de presse pour dialoguer sur les forages de recherche de pétrole en Arctique.

L’accueil des autorités russes a été des plus froids comparé à ceux que nous avons reçus depuis le début de notre parcours.

Pas froid sur le plan météo, au Nord, il fait chaud, mais sur les rapports humains. Les russes nous ont « cueillis » à froid, au large de la ville de Mourmansk, avec un vieux coast-guard rouillé de 15.000 chevaux pour nous annoncer que nous avions franchi illégalement la frontière maritime alors que notre skipper suivait méticuleusement le cap donné par notre agent local (cf. épisode 12)!! Il s’en est suivi 15 jours de procès Kafkaïen où l’administration russe a condamné notre skipper à payer une lourde amende. Ils nous ont confisqué, puis rendu… notre arme de protection contre les ours mais sont cependant repartis avec nos doses de morphine médicale sans nous dire ce qu’ils en avaient fait. Enfin, après vérification que tous nos engagements, pris et validés par écrit depuis plus de six mois avec Moscou étaient bien respectés, ils ont unilatéralement décidé que, pour notre sécurité, il fallait que l’on engage absolument un « pilote russe » de leur choix pour franchir le passage du Nord- Est le matin de notre départ, moyennant des frais forfaitisés à… 20.000 €. Ils nous demandaient de payer d’abord afin de faire valider ensuite  par le bureau de Moscou, qui nous confirmerait l’accord de départ, ou non…


Devant cette corruption clairement démontrée, Daniel BOULOGNE a immédiatement pris la décision d’engager le plan B, c’est-à-dire de quitter le soir même le port de Mourmansk et de se diriger vers le passage du Nord-Ouest. A 18.00,  l’EXPEDITION CORIOLIS larguait les amarres, direction NUUK, pour ne pas rater la fenêtre météo lui permettant de passer ce fameux détroit de Béring en eaux libres de glaces.
 
Le 7 aout 2012- 18.00 heure locale : Départ pour le Passage du Nord-Ouest.
Le mur de BERLIN est tombé le 9 novembre 1989. Depuis, l’ancien chef du KGB, aujourd’hui président au pouvoir, conserve ses gardiens du temple, bien à poste,  pour que ses oligarques puissent piller à foison les richesses minières de ce pays. (lire « la Russie, c’est ça"– Dominique BROMBERGER 2011.)
Un vrai constat : le MUR de BERLIN est tombé, mais le RIDEAU de FER est toujours bien en place et la démocratie n’a pas encore droit de cité en Russie.

 
Après 16 jours de traversée, nous rejoignons NUUK, capitale du Groenland. Pendant ces jours, chaque moment nous apportera ses surprises de la nature arctique : arcs-en-ciel colorés, et, plus rares encore, arcs-en-ciel blancs, souffles de baleines, dauphins, rorquals et, en bouquet final, des aurores boréales, sans compter les couchers et levers de soleil, de lune et d’étoile polaire, des touch and go qui ne nous laissent pas sans lumières nocturnes. Nos hommes d’images, André et Sylvain, ont réalisé des films magnifiques à partir du pont de CORIOLIS 14 d’où s’envolaient chaque jour « meganeura », notre petit drone, et nos cerfs-volants équipés de go-pro HD.

       
De MOURMANSK à NOME, le passage du Nord-Ouest nous a fait découvrir et rencontrer, en suivant :

•    A NUUK, capitale du Groenland, (côte Ouest du Groenland) rencontre avec Madame Drissia EL YOUSFI THESTRUP, qui vit depuis 5 années sur place et a travaillé dans les croisières de luxe, un des secteurs en expansion avec  le réchauffement climatique. Elle nous a informé que 147 compagnies pétrolières ont très récemment ouvert une nouvelle antenne de leurs sièges sociaux à Nuuk, les groenlandais voient dans le réchauffement un avenir prometteur, c’est en quelques sorte « leur eldorado ».
 

•    A UUMMANNAQ (au Nord de NUUK) rencontre avec Eric  BROSSIER, qui accueille cette année à son bord un groupe de scientifiques français chargés de faire de la « recherche fondamentale sur la marge chtonique ». En fait, ces hommes avancent masqués pour une compagnie pétrolière brésilienne. C’est une étude géologique et géophysique du massif du Svartenhuk sur la côte ouest du Groenland, appelée « VOLCABASIN »,  dirigée par Laurent Geoffroy, professeur au Laboratoire Domaines Océaniques, à l'Université de Brest. Il s'agit de comprendre le développement d'une structure volcano-tectonique particulière, et, plus généralement, les mécanismes de rupture de plaques suite à une anomalie thermale dans le manteau terrestre. Deux bateaux, dont Vagabond, et un hélicoptère, sont utilisés pour la logistique de cette mission.

•    A RESOLUTE BAY, (secteur canadien de NUNAVUT), dans une salle de réunion, entre un grand ours blanc debout sur ses pattes arrières, toutes griffes dehors, et un bœuf musqué à la profonde crinière brune, animaux néanmoins empaillés, nous avons rencontré une équipe de scientifiques et discuté sur le réchauffement qu’ils constatent eux aussi. Ils sont déjà sur place depuis cinq années et ont un programme établi pour les dix prochaines années. Dès que nous avons proposé une interview, ils se sont fermés comme des huîtres. Ces scientifiques, sont choqués par le beau cadeau des autorités canadiennes : construire pour le bonheur des 249 habitants de ce petit village perdu, une méga-patinoire en glace artificielle (5.000.000 d’euros) en contrepartie de leur accord pour que le Canada y construise une grande base militaire, certainement pour la paix !

•    Suite du Passage du Nord - Ouest (P.N.O.) en remontant le PASSAGE de LANCASTER sous les conseils de Peter qui nous téléguide à distance. Nous naviguons entre 1/10ème et 7/10ème de banquise dérivante annuelle, d'une épaisseur infime, qui fond au soleil. Et aussi la présence magnifique et impressionnante d’icebergs gigantesques détachés des glaciers, de banquise dérivante qui disparaissent irréversiblement chaque jour dans l’océan.

•    PASSAGE du PRINCE de GALLES, (secteur canadien de NUVANUT), CORIOLIS 14 est donc le premier navire français, à coque plastique, à emprunter ce passage, avant lui, un « motor-yacht » est passé en 2010, et un voilier italien cet été. Ce passage était fermé par les glaces, et depuis 2010, compte tenu du réchauffement climatique, il s'ouvre. D'autres suivront.

•    BARROW, en Alaska, un rendez-vous manqué avec les scientifiques basés ici, qui travaillent sur le PERMAFROST (pergélisol), à cause de la météo. Des vagues de trois mètres déferlaient dans la passe d'entrée de la baie au Sud de BARROW, rendant toute approche trop dangereuse.

•    Passage du Détroit de BERING (seule frontière commune en l’Amérique et la Russie) le 21 septembre 2012, à 17h04 heure locale, navigation autour des « DIOMEDES », 2 petites iles dont l’une est russe et l’autre appartient aux U.S.A. Dans cette région, nous avons vu une colonie de plusieurs centaines de morses.

•    Escale à NOME (Nord de l’Alaska – U.S.A.) le 22 septembre 2012 : «  en fait, le nom de la ville est une erreur de transcription par un cartographe, qui avait trouvé les mots "no name" (sans nom) scribouillés sur une vieille carte et le lisant mal, en avait fait Nome. En réalité, le vrai nom du village est Sitnasuaq. » dixit Natalie NOVIC, consule de France à Anchorage et directrice de programme au Northern Forum.

•    Escale à DUTCH HARBOUR (iles Aléoutiennes – U.S.A.) du 12 au 14 octobre où l’équipage à pu se rendre compte de la réalité de la pêche intensive.

•    Après une escale de 15 jours en Californie pour réparer un hauban, l'équipage se dirigera vers Clipperton, les Galapagos, l'Ile de Paques...prochaine grand étape: la passage du Cap Horn!

 
ELEMENTS de COMMUNICATION

•    Chaine TV Coriolis
Mise en ligne sur la chaine vimeo des épisodes hebdomadaires de 3 à 5 minutes, relatant la vie de l’équipage, les rencontres aux escales, les interventions scientifiques,…
-    Images filmées à bord par André Russel
-    Montage Alliancia Media

 
•    Journal de bord
Textes écrits par Jean-Emmanuel Vieille, animateur socio-culturel à la ville, chanteur et musicien au sein des Chevreuils Psychédéliques. Juan nous propose sa vision de marin non-averti (lire les récits en ligne).


•    Photos
Toutes les photographies sont stockées sur un disque dur que l'équipage nous envoie aux escales, elles sont ensuite mises en ligne.
Découvrez les ici!


•    Presse et media
Sur notre site vous pouvez aussi lire les articles qui nous sont consacrés, dans l'onglet "presse".



CONTACTS

    Q.G. Association Coriolis 14
22 Quai des Chartrons
33000 Bordeaux
tel : +33 (0) 5 56 56 85 29
fax : 05 56 08 57 29

    Président Coriolis 14 et armateur :
Daniel BOULOGNE :
d.boulogne@22rivegauche.com


    Secrétaire de l’association et
coordination générale à terre :
Caroline GUAI
c.guai@22rivegauche.com
mobile: 06 86 71 16 11

    Coordination scientifique à terre
Arnaud PRUVOST
arnaud.pruvost33@gmail.com
mobile : 06 50 91 90 71

    Communication Graphique / Web
Little Big Studio
charles@littlebigstudio.fr, eduardo@littlebigstudio.fr
34, rue du Cancéra
33000 Bordeaux
tel : +33 (0) 9 51 91 23 69
 
REMERCIEMENTS

Daniel BOULOGNE et l'ensemble de l’équipe de l'EXPEDITION CORIOLIS remercient :

Les institutions pour leur soutien :
•    Le Mairie de Bordeaux
•    La Communauté Urbain de Bordeaux
•    Le Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement 2011
•    Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes 2011
•    L’Agence Europe Education Formation France
•    La Commission nationale française pour l’UNESCO
•    Le Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie 2012
•    La Région Poitou Charentes
•    La Mission Développement Durable, Environnement et Plan Climat de la Mairie de Paris

Les partenaires qui ont permis cette expédition :

 
C.E.S.A.
ECCTA
Statutsonline
O’Patrimoine
Satec Assurances
Champagne De Castellane
Herbelin
Vignobles Gonet
Maxsea
Itoha
Batteries Excide
Evoa
Lea Nature
Julbo
Berthelot
Opinel
Toucan Wings
Abatilles
Air Liquide
Fallières Nutrition
Aqualung
Clovis Raymond
Pruneaux d’Agen
Furuno
North Sails
Voile à l’Horizon
Port Medoc
Aquitaine Technologie
Architecture Couleur
Alliancia Media
Little Big Studio
 
 
 
Qui est Daniel Boulogne ?   Mentions légales   CGV   Réalisation : little Big Studio